logo

Inquiétude dans le secteur médico-social suite à l’adoption d’un amendement menaçant la réforme des Services d’Aide à Domicile

Plusieurs fédérations du secteur médico-social expriment leur inquiétude après qu'un amendement a été adopté par le Sénat le 31 janvier dernier dans le cadre de la proposition de loi Bien Vieillir.
Inquiétude dans le secteur médico-social suite à l’adoption d’un amendement menaçant la réforme des Services d’Aide à Domicile

Cet amendement remet en question la réforme des Services d’Aide à Domicile (SAD), qui visait à améliorer la prise en charge des bénéficiaires et à rendre le secteur plus attractif. Malgré les progrès déjà réalisés dans de nombreux territoires, cette réforme est maintenant compromise. confer notre article “la réforme des services à domicile”du 31/08/2023

L’amendement en question permet aux Services de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) de choisir de ne pas fournir d’aide, ce qui va à l’encontre de l’objectif de la réforme et compromet l’orientation vers le domicile dans les politiques d’autonomie. Cette réforme était cruciale pour offrir des services de qualité de manière plus cohérente et pour rendre les métiers du secteur plus attractifs.

Les fédérations représentant la majorité des SSIAD expriment leur soutien aux gestionnaires confrontés à des difficultés dans la mise en œuvre de cette réforme. Elles soulignent également que l’amendement rend obsolète le cahier des charges des SAD élaboré précédemment après des discussions fructueuses entre les parties prenantes.

Les fédérations critiquent le paradoxe des parlementaires qui remettent en cause une réforme majeure tout en exprimant des réserves sur le contenu de la proposition de loi. Elles saluent l’engagement de la Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités, Catherine Vautrin, qui a défendu la réforme lors de la séance publique.

D’autres actualités qui pourraient vous plaire

  • Publication
23.06.2024
Mise en place et composition du CSE en entreprise
Découvrir
  • Publication
16.06.2024
Dispositions sur les congés payés et les absences maladie La loi n°2024-364 du 22 avril 2024, entrée en vigueur le 24 avril 2024, met en conformité le droit français avec le droit de l’Union européenne en matière de congés payés et d'absences pour maladie. Suite aux arrêts de la Cour de cassation du 13 septembre 2023, cette loi clarifie les droits des salariés en arrêt maladie à acquérir des congés payés. La Direction générale du travail (DGT) fournit des précisions sur l’application de ces nouvelles dispositions.
Découvrir Télécharger