logo

L’accord sur le maintien de salaire concernant la prise des congés de paternité et d’adoption a été signé dans la CC 65

Pour la CFE-CGC Santé Social, consciente des enjeux sociétaux relatifs à l'égalité professionnelle, il est entendu de la nécessité de déculpabiliser les parents et d'encourager les hommes à jouer leur rôle familial.
L’accord sur le maintien de salaire concernant la prise des congés de paternité et d’adoption a été signé dans la CC 65

Les congés paternité ne constituent pas un frein à l’évolution professionnelle. Ces absences sont assimilées à une période de travail effectif pour les droits relatifs à l’ancienneté dans l’entreprise. 

Notre revendication s’appuie sur un constat simple : dans le cadre de l’égalité professionnelle homme-femme, il s’agit de permettre aux pères de prendre leurs congés paternité et d’adoption conformément aux articles L 1225-35 et L1227-37 du Code du Travail sans perte de salaire. 

Aujourd’hui, sans accord de branche ou d’entreprise, la prise des congés paternité et d’adoption se traduit par un manque à gagner pour un salarié dès lors que ses revenus excèdent les plafonds de la sécurité sociale, soit 3 864€ brut par mois.

Dans la CC65, à l’initiative d’une revendication de la CFE-CGC Santé Social, le maintien de salaire pour les pères qui font valoir leur droit au congé paternité et d’adoption a été signé par tous les partenaires sociaux de la CC65 en janvier 2024.

Cet accord de branche apporte la preuve qu’un dialogue social de qualité peut exister dans notre secteur pour faire évoluer positivement les droits des salariés et des salariées. Si vous souhaitez vous inspirer d’accords de branche et/ou d’entreprise pour négocier cette légitime revendication auprès de vos employeurs, contactez-nous.

 

D’autres actualités qui pourraient vous plaire

  • Publication
23.06.2024
Mise en place et composition du CSE en entreprise
Découvrir
  • Publication
16.06.2024
Dispositions sur les congés payés et les absences maladie La loi n°2024-364 du 22 avril 2024, entrée en vigueur le 24 avril 2024, met en conformité le droit français avec le droit de l’Union européenne en matière de congés payés et d'absences pour maladie. Suite aux arrêts de la Cour de cassation du 13 septembre 2023, cette loi clarifie les droits des salariés en arrêt maladie à acquérir des congés payés. La Direction générale du travail (DGT) fournit des précisions sur l’application de ces nouvelles dispositions.
Découvrir Télécharger